Ce que nous savons, et ne savons pas, sur le processus de sélection d’un partenaire.

La plupart d’entre nous recherchent un partenaire, pour la vie ou du moins pour un temps. Mais comment choisir ? Après tout, nous rencontrons des centaines, voire des milliers de personnes au cours de notre vie quotidienne. Qu’est-ce qui fait que deux personnes se choisissent parmi la myriade de candidats disponibles ? La science psychologique tente depuis longtemps de répondre à cette question, et avec un succès considérable.

Deux grandes théories ont guidé la réflexion scientifique sur le sujet. La première est la théorie de l’évolution, qui prétend que les tendances comportementales, les caractéristiques physiques et les traits de personnalité qui favorisent nos chances de survivre et de nous reproduire deviennent, par cette vertu, désirables pour nous. En outre, les différences biologiques et anatomiques entre les organismes dicteront différentes solutions optimales au même problème. Par exemple, si deux animaux, l’un avec des pieds agiles et l’autre avec des ailes fortes, rencontrent un prédateur affamé, comment feront-ils face à la menace de survie ? Le plus probable est que le premier animal s’enfuira et que le second s’envolera.

De même, l’approche évolutive prévoit que les différences biologiques et anatomiques entre les hommes et les femmes entraîneront des préférences différentes pour la sélection du partenaire. Par exemple, la biologie humaine dicte que les femmes ont besoin d’aide et de protection pendant la grossesse, et que leur fertilité est limitée dans le temps. Il est donc logique que les hommes qui peuvent fournir une protection soient considérés comme attirants pour les femmes, et que les femmes jeunes – et donc fertiles – soient attirantes pour les hommes. En effet, des études montrent que lorsqu’il s’agit de relations à long terme, les femmes soulignent globalement l’importance des paramètres de statut, tandis que les hommes trouvent la jeunesse féminine très attrayante.

D’autre part, la « théorie des rôles sociaux », développée par la psychologue américaine Alice Eagly, soutient que ce sont les processus sociaux – et non biologiques – qui dictent nos choix sociaux. Selon cet argument, les règles de sélection des partenaires sont dictées par les rôles que les femmes et les hommes occupent dans la société. Ainsi, les préférences des gens dans la recherche d’un partenaire sont censées changer à mesure que les rôles et les normes sociales évoluent. Par exemple, les femmes sont attirées par les hommes ayant du pouvoir et de l’argent parce que la société limite leur propre capacité à obtenir du pouvoir et de l’argent. Si, demain, la plupart des postes de pouvoir et d’argent reviennent aux femmes, alors le statut et la richesse d’un homme auront beaucoup moins d’importance pour les femmes, tandis que la beauté, la jeunesse et l’endurance masculines pourraient devenir plus importantes.

En effet, les études menées au cours des 50 dernières années montrent des changements fondamentaux dans les préférences des hommes et des femmes en matière d’accouplement. Par exemple, étant donné qu’il est devenu difficile de mener une vie confortable avec un seul salaire dans les pays occidentaux et que la plupart des femmes de ces pays travaillent et gagnent un revenu, les hommes et les femmes mettent actuellement plus qu’auparavant l’accent sur le statut économique et social du partenaire lorsqu’ils choisissent un partenaire de vie. En revanche, les questions relatives aux travaux ménagers, comme la cuisine et les capacités de nettoyage, ne sont plus considérées comme des critères importants pour le choix d’un partenaire des deux sexes. Ces changements indiquent que la culture a un impact sur les qualités que nous jugeons attrayantes.

Les motivations, quelles qu’elles soient, les études menées depuis les années 1940 jusqu’à nos jours montrent l’existence de plusieurs « lois de l’attraction » bien étayées qui régissent le processus général de choix d’un partenaire à long terme :

1. Exposition et familiarité.

En général, nous nous habituons à aimer ceux qui nous entourent et ceux avec qui nous avons des contacts fréquents. Plus nous passons de temps avec quelqu’un, plus nous avons de chances de l’aimer, de l’accepter et d’en tomber amoureux. Il est vrai que nous connaissons tous quelqu’un avec qui une interaction accrue provoque une frustration et un ressentiment accrus, mais c’est l’exception qui confirme la règle. La simple exposition est l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses relations amoureuses s’épanouissent au travail ou à l’université. Le contact quotidien au fil du temps transforme les étrangers en amis, et plus encore.

2. Attraction physique.

La beauté physique est un avantage important dans la vie, et elle est d’une importance fondamentale dans le jeu de l’accouplement. En résumé : Vous ne voulez pas passer votre vie avec quelqu’un que vous trouvez physiquement repoussant. L’attraction physique, il se trouve, obéit aux lois du marché : Les meilleurs produits coûtent plus cher, et les acheteurs n’obtiennent donc pas ce qu’ils veulent mais ce qu’ils peuvent se permettre. En fin de compte, les riches conduisent la Mercedes, la classe moyenne la Toyota et les pauvres le bus. De même, en ce qui concerne l’attrait physique, les belles personnes se retrouvent avec d’autres qui sont très belles, d’apparence moyenne avec une apparence moyenne, etc.

3. Personnalité et caractère.

Les recherches sur les facteurs de personnalité qui nous attirent vers les autres (et les autres vers nous) ont permis d’identifier deux facteurs de personnalité considérés comme globalement souhaitables : la compétence et la chaleur. Les personnes compétentes, c’est-à-dire intelligentes et socialement compétentes, sont considérées comme plus attrayantes. Les personnes aimables ayant une personnalité chaleureuse sont également plus attrayantes. La chaleur et la sagesse constituent une paire gagnante dans le tournoi de sélection des matelots.

4. Proximité.

La plupart d’entre nous se marient avec quelqu’un qui vit à une distance de marche ou de route. Il est peu probable que nous persistions dans une relation ou que nous nous marions avec quelqu’un qui se trouve à une distance de vol transatlantique. Le grand poète Yehuda Amichai a écrit : « Conseils pour un bon amour : N’aimez pas ceux qui viennent de loin. Prenez-en un de votre entourage. De la même façon qu’une maison sensée prendra des pierres locales pour sa construction ». Et le poète avait raison : la plupart d’entre nous choisissent dans la sélection du proche. Les relations à longue distance sont plus difficiles à entretenir et elles survivent beaucoup moins souvent.

5. Similitude.

C’est sans aucun doute la découverte la plus puissante dans ce domaine. Nous sommes attirés par les gens qui nous ressemblent. Les chrétiens attirent les autres chrétiens, les gens instruits attirent les autres gens instruits, les gauchistes aiment les gauchistes, les extravertis aiment les extravertis, etc. Sur presque tous les paramètres de l’origine, de la personnalité, des valeurs et de l’expérience, nous préférons quelqu’un qui a beaucoup en commun avec nous plutôt que quelqu’un qui est totalement différent de nous, et aussi plutôt que quelqu’un qui nous « complète » ou nous complète. L’océan veut l’océan, pas la plage, et pas le bateau. Une des raisons de cette préférence est qu’il est plus facile pour nous de communiquer, de comprendre, de connaître et de faire confiance à quelqu’un qui parle notre langue, qui comprend notre culture, qui partage nos valeurs ou qui croit en notre Dieu. La deuxième raison est que le fait d’aimer quelqu’un qui nous ressemble équivaut, psychologiquement, à faire d’une pierre deux coups : il est merveilleux et il est comme moi ; donc, je suis merveilleux ! Et qui ne veut pas se sentir merveilleux ?

Comment nous décidons

Il y a plusieurs années, afin d’affiner notre compréhension des forces qui déterminent la sélection des partenaires, les chercheurs américains Todd Shackelford, David Schmitt et David Buss ont analysé les réponses de plus de 9 000 femmes et hommes de 37 pays à un questionnaire sur leurs préférences concernant les partenaires de vie potentiels. Les chercheurs ont utilisé une technique appelée « analyse des composantes principales ». Cette technique vise à réduire un large univers de données en un petit nombre de facteurs de base sous-jacents. Par exemple, des millions de voitures circulent en permanence sur les routes, allant ici et là. Mais toute cette agitation peut être réduite à deux composantes de base : la direction et la vitesse. Ce sont les seuls facteurs contrôlés par le conducteur, et toute la conduite effectuée peut s’expliquer par une combinaison de ces deux seuls facteurs.

Les chercheurs ont identifié quatre composantes universelles qui sous-tendent le processus de sélection du compagnon. Chacune de ces quatre composantes équivaut à une négociation interne que nous effectuons lors du choix d’un partenaire romantique. Voici les quatre composantes, par ordre d’importance.

1. Amour vs. statut/ressources.

Lors du choix d’un partenaire, nous nous engageons fréquemment dans des négociations internes où la valeur de l’amour romantique est confrontée à la valeur du statut social et de la sécurité économique. Si l’amour est fort, nous pouvons sacrifier la sécurité ou le statut économique. Si le statut du partenaire potentiel est élevé, nous pouvons faire des compromis concernant l’intensité de nos sentiments romantiques.

2. Fiable/Stable vs. belle apparence/Santé.

Lors du choix d’un partenaire, nous avons tendance à faire des compromis sur la stabilité émotionnelle si le partenaire potentiel est très attirant physiquement. Nous pouvons aussi accepter un partenaire moins attirant s’il est exceptionnellement stable et sain sur le plan émotionnel.

3. Éducation/Intelligence vs. désir de foyer/enfants.

Nous avons tendance à pardonner à un partenaire qui poursuit des études supérieures et une carrière s’il n’est pas intéressé à avoir beaucoup d’enfants. Inversement, nous pouvons pardonner les résultats limités en matière d’éducation et de carrière d’une personne qui souhaite vraiment avoir des enfants et élever une famille nombreuse.

4. Sociabilité vs. religion similaire.

Une personne de la même religion que nous sera considérée comme un choix attrayant même si elle ne possède pas un caractère particulièrement sociable. Un partenaire potentiel qui est très sociable par nature nous attirera même s’il ne partage pas notre appartenance religieuse.

Ces quatre facteurs opèrent, indépendamment, chez les hommes et les femmes ; mais pour les trois premiers, des différences significatives ont été constatées entre les sexes. En général, les femmes accordent plus d’importance au statut socio-économique qu’à l’amour romantique. Les femmes préfèrent également la stabilité émotionnelle à une apparence attrayante, et elles préfèrent l’intelligence au désir d’avoir des enfants. Le statut, la stabilité émotionnelle et l’intelligence sont des caractéristiques moins importantes pour les hommes lorsqu’ils recherchent une partenaire à long terme. Les hommes mettent l’accent sur la valeur de la beauté extérieure, la jeunesse et la santé physique, et le désir d’avoir des enfants.

En outre, des études indiquent que les femmes sont plus sélectives et plus exigeantes que les hommes dans le choix d’une partenaire de vie. L’une des raisons est que les femmes ont plus à perdre en faisant un mauvais choix. La poète Margaret Atwood a dit un jour « Les hommes ont peur que les femmes se moquent d’eux. Les femmes ont peur que les hommes les tuent ». Les femmes sont plus vulnérables, et elles doivent donc être plus prudentes. Une autre raison de la sélectivité féminine est que mettre un enfant au monde est une affaire beaucoup plus exigeante et dangereuse pour une femme que pour un homme. Celui qui va investir davantage et prendre un plus grand risque examine nécessairement l’investissement plus attentivement.

En conclusion, nous comprenons assez bien les calculs de base que les gens utilisent pour identifier un groupe de candidats potentiels parmi lesquels choisir un partenaire. En revanche, il n’y a pas encore de réponse scientifique à la question de la « sélection finale » : comment en choisir une seule parmi un groupe de candidats adéquats ?

Il s’avère que les lois de la sélection des candidats ne s’appliquent pas à la phase de sélection finale. Par exemple, comme mentionné précédemment, la loi d’attraction la plus puissante au stade de la « sélection des candidats » est que nous sommes attirés par des personnes qui nous ressemblent. Si la même loi devait s’appliquer au stade de la « sélection finale », nous pourrions prédire que parmi un groupe de candidats assez semblables, celui qui nous ressemble le plus sera choisi. Nous pouvons également supposer que les choix de personnes très semblables seront également similaires. Mais les résultats de la recherche réfutent ces hypothèses. Il s’avère que nous ne choisissons pas celui qui nous ressemble le plus dans le groupe de candidats. En outre, les chercheurs David Lykken et Auke Tellegen ont montré dans les années 90 que les épouses de jumeaux identiques ne sont pas du tout semblables. Les jumeaux n’ont pas tendance à convoiter les épouses de leurs cojumeaux. Les épouses, quant à elles, ne sont pas particulièrement attirées par les frères jumeaux de leur mari. Ces résultats impliquent que la biologie et la société nous orientent vers le bon magasin, celui qui propose des articles adaptés à notre budget, nos goûts et nos besoins. La biologie et la société ne peuvent cependant pas déterminer quel article nous achetons. Cela, nous le décidons nous-mêmes.

Le gagnant – la sélection finale parmi tous les candidats méritants – est décidé par un processus interne subjectif, obscur et fantaisiste, qui n’obéit pas nécessairement aux impératifs de la rationalité, aux mandats évolutifs, aux pressions culturelles, ni même à notre propre volonté, nos plans ou nos intentions conscients. En fin de compte, comme l’a dit le philosophe Blaise Pascal, le cœur a des raisons que la raison ne comprend pas.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *